Voyage à Madagascar

Accès par chapitres :

Tonga soa !

 

Voilà, le jour J est enfin arrivé. Tout est emballé pesé, je suis parée au décollage ! Je quitte la grisaille de Paris pour 10h30 de ciel bleu… parce qu’au-dessus des nuages, le soleil brille toujours !

Confortablement installée à côté de mon hublot, je tente un moment de regarder un film, mais j’abandonne au bout de quelques minutes, trop distraite par la superbe vue qui s’offre à moi. C’est la première fois que je quitte mon continent natal, et ce voyage est des plus excitants. Les autres voyageurs qui m’entourent ont l’air nettement moins enthousiastes que moi : la plupart ont baissé les stores des hublots et se sont plongés dans un monde virtuel. Ils n’en sont vraisemblablement pas à leur premier voyage vers cette île qui me fait tant rêver…

23h09 heure locale : l’avion se pose sur la piste du petit aéroport d’Antananarivo. Étrange expérience que cette arrivée en Afrique. Mon premier souvenir de Madagascar restera olfactif : l’odeur d’une terre chaude et humide, et d’un air lourd de saveurs qui me sont encore complètement étrangères. Une fois les formalités administratives passées et ma valise récupérée, je prends une grande inspiration, prête à me lancer dans ce nouveau monde !

 

Le dépaysement est instantané : à peine passée la douane, une foule de Malgaches se pressent déjà autour de moi, m’attrapent le bras, veulent porter mon sac… Serrant mon passeport comme une mère la main de son enfant, je me fraye un chemin tant bien que mal jusqu’à deux hommes qui brandissent une pancarte sur laquelle figure mon nom. Ce sont les gens qui doivent m’emmener à l’hôtel, où une chambre m’a été réservée par ma maître de stage. Ils s’étonnent de me voir arriver seule : il va falloir patienter un peu, car d’autres clients sont attendus. Voyant que je ne suis pas très à l’aise au milieu de cette foule, l’un des deux hommes consent finalement à m’escorter jusqu’à la voiture. Aussitôt sortis sur le parking, quelques gamins nous sautent dessus, cherchant à imposer leurs services en échange de quelques Ariary (la monnaie locale), mais quelques mots en malgache les font s’éloigner. A peine assise sur la banquette de la vieille Peugeot rafistolée qui fait office de navette, je suis abandonnée par le chauffeur qui, après m’avoir recommandé de ne surtout pas sortir de la voiture, retourne à l’aéroport rejoindre son acolyte. Je suis aussitôt assaillie par des mendiants tapant au carreau pour une pièce, et des moustiques me vrombissant dans les oreilles. Plus mal à l’aise que jamais, je m’asperge de répulsif, me remonte le col du manteau jusqu’au nez, et fais “non” de la tête aux yeux suppliants qui me fixent. Si je pouvais disparaître sur le champ, ce serait avec soulagement et grand plaisir.

 

Après une petite demi-heure qui me parait une éternité, on démarre enfin et sort tant bien que mal du parking. Les voitures se poussent les unes les autres dans une sorte de ballet anarchique, mais qui paradoxalement semble obéir à certaines lois (difficiles à identifier pour un européen novice, je dois bien le dire). Je suis agréablement surprise par la qualité de la chaussée pendant environ 5 minutes, jusqu’à ce qu’on bifurque dans un tout petit chemin terreux, tout en creux et en bosses. Après un itinéraire chaotique incluant des virages en épingle à cheveux que le chauffeur appréhende avec une aisance déconcertante, nous arrivons enfin à l’hôtel. La chambre qui m’a été réservée est très agréable, mais je n’arrive pas à m’endormir avant 2h du matin : cette première nuit à Madagascar n’est pas de tout repos, entre les attaques de moustiques (je préfère étouffer sous mon drap que risquer d’attraper le palu le jour de mon arrivée) et des rêves agités d’une réalité saisissante.

 

 

Accès par chapitres :

Écrit par : , le 24 avril 2013 imprimer Partager par email partager sur facebook partager sur Twitter Flux rss des commentaires
Rubrique : Voir tous les sujets de la rubrique

Réagir sur ce contenu :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

ActualitésPrix des Lycéens 2014 : les inscriptions sont ouvertes !