Voyage en Chine

Accès par chapitres :

Prendre un repas

 

Le saviez-vous ? Le repas gastronomique des français est inscrit à l’UNESCO en tant que Patrimoine mondial immatériel de l’humanité. Cela montre bien à quel point nous sommes très attachés  à ce qu’on mange, et surtout la façon dont on mange. En voyageant, on se rend vite compte que le rôle du repas change beaucoup, et sa place n’est pas toujours très importante. Mais je suis ravie de vous dire qu’en Chine il existe aussi toute une culture de la nourriture.

En France, en plus de l’étiquette et de la politesse à table, il existe, même pour un petit repas pris sur le pouce ou à la cantine, des règles inhérentes au repas : une entrée, un plat, un dessert (sucré), de l’eau à volonté, du pain, des condiments (au moins sel et poivre) disponibles. Ce sont ces règles qui vont être chamboulées et vous risquez de vous retrouver complètement désorienté.

 

On retrouve les mêmes trois repas (petit-déjeuner, déjeuner, diner), mais les horaires de vie sont un peu plus avancés : le déjeuner se prend vers 11h30 et le diner vers 18h30. Au petit-déjeuner, il n’y a pas vraiment de plat typique, on peut manger les mêmes choses qu’aux autres repas. En général les plats sont beaucoup plus simples. Cependant, comme c’est plus pratique, le repas n’est constitué parfois que d’un pain fourré (en général salé) ou un beignet.

Le repas en Chine reste une occasion de réunir la famille, même si, aujourd’hui, il est courant de voir quelques étudiants ou hommes/femmes d’affaires manger tranquillement son bol de pâtes au comptoir des superettes. Cependant, ceci est propre aux grandes villes vers lesquelles immigrent nombre de jeunes gens, laissant souvent derrière eux deux à trois générations de parents. De plus, il n’y a pas ici de stigmatisation du grignotage, et donc il est tout à fait naturel de s’acheter une galette ou une brochette aux nombreux stands de rue si l’envie vous en prend.

Les repas se prennent normalement assis à table, en famille, sans télévision. Ils comportent plusieurs plats, servis tous en même temps. Le nombre de plats dépendra du nombre de convives. En général, il y a autant de plats que de convives, plus un. D’après mon expérience, on peut compter un plat de viande pour trois de légumes. Cependant, notez bien que la quantité de nourriture dans les plats est fixe. Une fois les plats à table, chaque personne utilise ces baguettes pour piocher dans les plats. Les aliments sont ensuite mangés directement, ou ramenés dans l’assiette ou dans le bol de riz si le morceau est trop gros. Les cuillères ne servent que pour les soupes. En fin de repas, on servira parfois des fruits de saison, en particulier si il fait très chaud.


 

Tous les éléments sont là : assiette, bol pour la soupe ou le riz, cuillère, tasse pour le thé, verre pour les soda ou jus, et bien sur les baguettes. On vous donnera parfois aussi une serviette humide, chaude ou glacée en fonction de la saison.

 

La différence entre un repas de famille et un repas de grande occasion viendra de la diversité des plats, et de la qualité des ingrédients. On en profitera aussi pour préparer/commander quelques plats à base d’ingrédients précieux ou inhabituels. Le repas pourra être centre autour d’une viande. Par exemple, dans le cas du canard laqué, on vous servira la peau laquée, la chair préparée et de la soupe au canard séparément.

En tant que boisson, vous pouvez bien sûr commander votre soda préféré ou un jus de fruit frais, mais, traditionnellement, on vous servira du thé. L’eau froide n’est pas considérée comme une boisson neutre/essentielle, on lui préfère le thé et l’eau bouillie. Peut-être que cela permettait de confirmer que l’eau était bien stérilisée. Aujourd’hui en tout cas, il ne fait pas bon de boire l’eau du robinet, à cause de l’état des canalisations.

 

 

  … ou quelque chose de plus fort. Trinquer en Chine (干杯 [gān bēi], littéralement « vider le verre ») est très important pour rendre hommage et tisser des liens, et il s’agit de le faire correctement. (Source : http://www.chinadaily.com.cn)

 

Au restaurant, les plats arriveront au fur et à mesure qu’ils sont prêts (donc en général les plats froids en premier).De plus, on aura tendance à commander plus de plats de viande, et un plus grand nombre de plats. De plus, sauf demande expresse, le riz (blanc) ne sera servi qu’en fin de repas, pour ceux qui aurait encore faim.

Si votre groupe dépasse quatre personnes au restaurant, on vous placera à une table ronde, et si vous êtes encore plus nombreux, votre table ronde sera garnie d’un super plateau tournant. Ce plateau tournant, extrêmement amusant quand on est petit, sert à assurer que tout le monde puisse accéder aux plats. Comme tout le monde passe son temps à se resservir, on ne peut pas se permettre de se faire passer les plats de main en main : personne n’aurait le temps de manger. Il parait qu’on ne doit tourner le plateau que dans un certain sens, mais à mon dernier repas avec un tel dispositif, il a tourné dans les deux sens sans que personne n’ait paru choqué.

 

 

La plaque tournante, avant et pendant le repas. Une ou deux personnes commandent pour toute la table, et chacun est libre de rajouter son plat préféré a la liste. Au fur et à mesure que les convives finissent les plats, ils sont retirés de la table pour laisser la place aux suivants.

 

Certains plats sont individuels, en particulier les plats en soupe et les nouilles sautées : c’est-à-dire qu’on vous sert une portion et qu’on ne s’attend pas à ce que vous piochiez régulièrement dans le plat. Dans les restaurants, on pourra vous proposer des assiettes individuelles contenant du riz, une viande, et un légume.

Donc, au final, je n’ai pas vu de structure très stricte du repas. Je suppose que, comme en France, le repas de tous les jours suit de façon lâche les règles que les grands repas de fête appliquent plus scrupuleusement.

Accès par chapitres :

Écrit par : , le 15 mars 2013 imprimer Partager par email partager sur facebook partager sur Twitter Flux rss des commentaires
Rubrique : Voir tous les sujets de la rubrique

2 réactions

  1. Ilaine /

    Super article, ce n’est pas un carnet d’étonnement pour rien ! Les sushis avec les doigts, je vais essayer, tiens !
    Mais il me semble qu’il ne manque qu’un détail… et les baguettes dans les cheveux ? :)

  2. Clemence /

    Ca donne vraiment envie d’y retourner tout ca :) !

Réagir sur ce contenu :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

ActualitésPrix des Lycéens 2014 : les inscriptions sont ouvertes !