Voyage en Inde

Accès par chapitres :

Namaste

 

 

 

Voilà comment débute le récit d’une aventure indienne de 7 semaines, en plein cœur de l’Himalaya, dans l’état de l’Uttarakhand au Nord de l’Inde. Jeune étudiante venant de passer ses examens en Espagne après 5 mois d’erasmus (et déjà un léger choc de culture), me voilà projetée 5 jours plus tard, après 22h de vol, dans ce pays aux milles richesses, et aux milles contrastes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Et c’est parti pour le stage, intitulé « étude faisabilité d’une fabrication de fromage de chèvre », dans l’ONG Pan Himalayan Grassroots dans le sud de l’Himalaya. Difficile de s’imaginer quelque chose avec ça. Et bien j’ai bien fait de ne m’attendre à rien et de partir l’esprit vide, car chaque jour a été une réelle découverte ! Que ce soit les activités, la nourriture, les horaires, les rencontres… je vous laisse le découvrir à votre tour. 

 

 

 

 

 

 

 

J’étais hébergée chez le directeur de l’ONG et sa femme, avec trois autres françaises. Nous avions donc la chance d’être dans une famille aisée d’Inde du Nord, avec un serviteur qui faisait la plupart du temps les courses, le ménage et les repas. Kalyan et sa femme ayant plusieurs fois voyagé en France et ayant une admiration pour ce pays, ils étaient ouverts aux propositions de repas et recettes que nous leur faisions, et chaque matin, l’appel du petit déjeuner « français » se faisait entendre : pain fait à la machine (avec une farine différente, d’où un résultat « différent », plus lourd et pâteux), du beurre salé non réfrigéré (différent du ghee, beurre clarifié qui se conserve à température ambiante), du poivre, du fromage en tranche (sans goût), de la confiture faite par l’entreprise Umang (entreprise créée par l’ONG et gérée par des femmes), et du miel. Nous n’avions pas très envie au petit-déjeuner de goûter à leurs omelettes épicées additionnées de chili et tartines de fromage poivrées (mais j’y ai succombé au bout de quelques semaines !). Tout cela accompagné d’un thé bien sûr, ou d’un café noir. 

 

 

 

Pour le repas du midi et du soir, c’était assez peu variable : chapattis (galettes de blé, en photo dans l’assiette), riz (sans sel ni épices), currys de légumes, aloo gobbi, dal (soupe de lentilles ou pois) sauf lorsque c’était le weekend ou bien un repas de fête où on avait parfois de la viande (du poulet ou de la chèvre), des poris (cf photo en cuisine)… On partageait le repas du soir avec Kalyan et Anita parfois, mais de manière générale Ranjid nous servait avant eux, vers 13h-13h30 puis 20h30-21h, avant nos hôtes. Ranjid, maître de maison, connait sa cuisine par cœur, et avait du mal au début à nous laisser rentrer et nous servir. On a réussi, après quelques semaines, à communiquer avec lui, discuter de choses qui l’intéressent (cuisine française  - il avait l’air de trouver ça bizarre de manger des légumes sans sauce ni épices), et même à lui emprunter quelques fois sa cuisine pour faire des desserts à Kalyan et Anita (fondant au chocolat, tarte au citron meringuée) qui ont été bien sûr des échecs -à cause du four qui ne chauffait pas plus de 10 minutes, faute de réserves d’électricité…

 

 

  

 

Accès par chapitres :

Écrit par : , le 15 février 2013 imprimer Partager par email partager sur facebook partager sur Twitter Flux rss des commentaires
Rubrique : Voir tous les sujets de la rubrique

Réagir sur ce contenu :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

ActualitésPrix des Lycéens 2014 : les inscriptions sont ouvertes !