Voyage en Inde

Accès par chapitres :

Pantnagar University et la plaine humide

 

Adieu les 20°C et les puissantes averses ! Nous sommes mi-juillet, et nous partons dans l’université de Pantnagar au Nord de Delhi, pour procéder à des analyses sur nos récoltes de lait de chèvre. Quelle surprise en arrivant là bas ! Une chaleur étouffante et humide, presque irrespirable. Un décor verdoyant, ensoleillé, une véritable ville avec ses bâtiments ses commerces ses habitants ses champs, au sein du campus. Nous avons été reçues dans l’enceinte vétérinaire, par un grand professeur, nous avons reçu un cours sur l’élaboration du fromage, ainsi qu’une visite complète des bâtiments.

 

Nous avons réalisé les analyses de lipide et protéines sur notre échantillon de lait, avec des méthodes et instruments… quelque peu rudimentaires par rapport à nos habitudes ! Mais les résultats étaient là : un lait très pauvre en protéines, comme on s’en doutait… d’où une difficulté pour le rendement de la transformation en fromage !

 

Pendant ces trois jours, nous avons visité ce grand campus, où des femmes cultivaient le riz, où des jeunes filles s’occupaient de leurs chèvres… Nous avons fait le tour d’un grand marché, avec de beaux étalages d’épices et de légumes. On nous regardait un peu comme des étrangères, d’un regard plus pesant que celui auquel nous étions habitués dans nos montagnes, mais les enfants nous suivaient et jouaient volontiers avec nous. La barrière de la langue était plus faible, car dans ce campus même les enfants parlaient un peu anglais. Une belle expérience ! Nous avons logé en guest house, avec quelques colocataires forts sympathiques : des geckos. Heureusement qu’il y avait la climatisation, on n’aurait pas survécu !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons eu droit lors de notre pension complète à un petit déjeuner indien, avec des mangues, de la semoule très épicée avec des petits morceaux de chili, de l’omelette au chili vert, des paratas (galette de blé aux pomme de terre et épices). Finalement, on en redemande !!

 

 

 

Ainsi nous avons progressivement gouté à la vie indienne, sans le confort et le calme de notre maison dans la montagne. Pas d’eau filtrée à disposition, pas de petits déjeuners sucrés, pas d’assurance sur ce que l’on mangeait, pas de « vraie » douche. Et c’est finalement comme ça que j’ai préféré mes journées indiennes, sans trop de superflu.

 

 

Accès par chapitres :

Écrit par : , le 15 février 2013 imprimer Partager par email partager sur facebook partager sur Twitter Flux rss des commentaires
Rubrique : Voir tous les sujets de la rubrique

Réagir sur ce contenu :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

ActualitésPrix des Lycéens 2014 : les inscriptions sont ouvertes !