Voyage en Inde

Accès par chapitres :

Triangle d’Or

 

Après le repos, le calme et sérénité, place aux dernières semaines de stage et de découverte, riches en émotions ! Les pics de l’Himalaya, qui nous narguaient derrière la brume depuis des semaines, se sont enfin découvert à nos yeux !!

 

Nous n’étions pas au meilleur de notre forme pour en profiter, car suite à un repas partagé avec d’autres étudiants chez un professeur de yoga, nous avons tous (ou presque !) attrapé une salmonellose coriace, qui nous a valu de découvrir les cliniques indiennes, et de manger du riz sans épices, et du Dahi (yaourt fait maison) pour notre flore intestinale.

 

 

 

 

 

Avant de repartir nous avons fait des adieux chaleureux à toute l’équipe de l’ONG et d’UMANG, et sommes reparties avec un tas de souvenirs, y compris des vêtements en laine himalayenne tricotés par les femmes d’UMANG, des chutneys de fruits, des épices, … et du thé provenant du champs de thé que nous avions visité à Kausani ! Nous avons également dit aurevoir à nos vaches sacrées et nos singes voleurs (et autres animaux tels que scorpions, araignées…), après s’être accoutumé de les voir à chaque coin de rue et de toit, nous avons changé de faune environnante !

 

 

 

 

 

Nous sommes parties à Delhi en Jeep, avons passé quelques jours là bas (départ d’une de nous trois en avion), partagé un repas dans un restaurant français: poulet fermier avec ses légumes et pommes de terre frites, sans épices !! Un avant goût du retour… Nous avons également partagé un dernier repas avec notre maître de stage dans un restaurant réservé aux adhérents, de haut standing. L’occasion pour nous de goûter un très bon Poulet tandoori.

 

Les jours passés à Delhi ont été éprouvants, à cause de la chaleur écrasante, de l’insécurité constante, des arnaques évitées de peu à la gare et dans la rue, au harcèlement incessant des mendiants, des nettoyeurs d’oreille, des cireurs de chaussures, des conducteurs d’auto rickshaw, de la saleté… Nous avons quand même pu visiter quelques monuments incontournables et très impressionnants, et assisté à des manifestations indiennes hautes en couleurs.

 

Les 10 derniers jours du voyage, nous sommes parties de Delhi où nous avons laissé notre amie prendre son avion pour la France, et nous avons voyagé jusqu’à Jaipur, puis fait un tour rapide mais extraordinaire du Rajasthan et de ses merveilles : Udaipur et son palais, Pushkar et ses ghaats. Nous avons utilisé tous types de transport (rickshaw, jeep, bus, train, moto), non sans crainte… je vous laisse admirer l’état des bus (celui-ci à encore toutes ses roues !

 

 

Nous avons mangé cette fois des plats typiques du Rajasthan, assez différents de ce à quoi nous étions habituées en Uttarakhand (peu réputé pour sa gastronomie). Beaucoup de plats à base de paneer (fromage indien à base de lait de vache et de bufflonne, facile à réaliser), de desserts (choses que nous avions du mal à trouver plus au Nord, à part des glaces).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons expérimenté un Thali pour 70Rs (1€) : assiette complète constituant le repas indien classique et nécessitant une longue préparation. Il était composé de riz blanc, d’une coupelle de biryani, chapatti, pappad (crêpe dure à la farine de lentille), plusieurs variétés de dal, différentes préparations de légumes (curry, korma, kofta – boulette de légumes divers-), des sauces (sambar ou chutney), un raïta et un dessert. Et tout ça à volonté ! Dès que la quantité de nos assiettes baissait, les serveurs passaient nous resservir… il a été difficile de les arrêter !

Après ces expériences culinaires et nos multiples rencontres, nous avons achevé notre voyage par une soirée de festival à Pushkar, et un retour à Delhi sous le déluge de la mousson, qui a inondé les routes et a bloqué un des accès à l’aéroport le jour de notre départ. Un dernier pic d’adrénaline dans le taxi qui n’avançait pas alors que l’heure défilait, puis un dernier regard sur ce pays aux milles facettes, dont je viens de dépeindre une infime partie de mes découvertes. Je conseille à tous les voyageurs qui ont soif de choc culturel et émotionnel de partir en Inde, d’y rester 6-7 semaines minimum pour vraiment s’imprégner du mode de vie (et fortifier ses défenses immunitaires), et revenir en France avec un regard différent, des souvenirs très colorés et bien contrastés avec les visions très dures que l’Inde nous impose malgré nous.

 

Accès par chapitres :

Écrit par : , le 15 février 2013 imprimer Partager par email partager sur facebook partager sur Twitter Flux rss des commentaires
Rubrique : Voir tous les sujets de la rubrique

Réagir sur ce contenu :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

ActualitésPrix des Lycéens 2014 : les inscriptions sont ouvertes !