- TerrEthique - http://terrethique.org -

Le Prix TerrEthique des Lecteurs 2011

Écrit par : , le 21 novembre 2011

[chapitre[Le lauréat du Prix TerrEthique des Lecteurs 2011]]

Le lauréat du Prix TerrEthique des Lecteurs 2011

 

[1]

Jean-Michel SEVERINO et Olivier RAY
Le Temps de l’Afrique [2]
Editions Odile Jacob

 

On la croyait vide, rurale, animiste, pauvre, oubliée du monde. Or, cinquante ans après les indépendances, la voici pleine à craquer, urbaine, monothéiste. Si la misère et la violence y sévissent encore, la croissance économique y a repris ; les classes moyennes s’y développent à grande vitesse. Elle est désormais au centre de nouveaux grands enjeux mondiaux. Bref, elle était « mal partie » ; la voilà de retour – à grande vitesse.

L’Europe a raté le virage d’un continent qui ne nous attend plus. Comment mieux le comprendre ? Démographie, économie, politique, diplomatie, cultures et religions : Le Temps de l’Afrique présente différentes facettes de cette nouvelle Afrique, bientôt milliardaire, à mi-chemin du processus de peuplement le plus fulgurant qu’ait connu l’humanité. Sans passer sous silence les risques de sa métamorphose, il fait ressortir les forces et les espoirs qu’elle recèle.

En s’autorisant une pensée prospective et personnelle sur les risques et les opportunités de la métamorphose africaine, cet ouvrage vise à faire évoluer les regards portés sur le continent, encore largement perçu comme une terre figée, à la marge de l’histoire. L’ouvrage, généraliste, s’adresse à un lectorat intéressé par les grandes évolutions du monde mais non expert des questions internationales ou de l’économie. Le style se rapproche de l’essai, laissant une large place aux anecdotes et aux « messages forts », qui défient les idées reçues.

 

[chapitre[Tous les ouvrages nominés]]

Tous les ouvrages nominés

 

[3]Pierre RABHI

Vers la sobriété heureuse

Editions Actes Sud

 

Résumé du livre :

Pierre Rabhi a en effet vingt ans à la fin des années cinquante, lorsqu’il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu’ont largement commencé à dessiner sous ses yeux ce que l’on nommera plus tard les Trente Glorieuses. Après avoir dans son enfance assisté en accéléré, dans le Sud algérien, au vertigineux basculement d’une pauvreté séculaire, mais laissant sa part à la vie, à une misère désespérante, il voit en France, aux champs comme à l’usine, l’homme s’aliéner au travail, à l’argent, invité à accepter une forme d’anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique, point de dogme intangible. L’économie ? Ce n’est plus depuis longtemps qu’une pseudo-économie qui, au lieu de gérer et répartir les ressources communes à l’humanité en déployant une vision à long terme, s’est contentée, dans sa recherche de croissance illimitée, d’élever la prédation au rang de science. Le lien filial et viscéral avec la nature est rompu ; elle n’est plus qu’un gisement de ressources à exploiter – et à épuiser. Au fil des expériences de vie qui émaillent ce récit s’est imposée à Pierre Rabhi une évidence : seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d’une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cet ordre anthropophage appelé “mondialisation”. Ainsi pourrons-nous remettre l’humain et la nature au cœur de nos préoccupations, et redonner, enfin, au monde légèreté et saveur.

 

______________________________________________

 

[4]Jean-Marie PELT

Les dons précieux de la nature

Editions Fayard

 

Résumé du livre :

La nature est sans prix puisque sans elle nous ne serions pas. Elle nourrit, guérit et offre mille services gratuits dont nous n’avons même pas idée.

Les sols cultivables s’épuisent. Les stocks de produits de la mer régressent et on pêche des poissons des profondeurs à 40 ans, alors qu’ils ne se reproduisent qu’à 50. Les populations d’abeilles s’effondrent, compromettant la pollinisation et donc la production de fruits et légumes. Partout les ressources se raréfient et ce qui était gratuit devient soudain payant.

Face à notre gloutonnerie, la nature peine à suivre. Si tous les Terriens vivaient comme les Américains, il faudrait quatre planètes pour répondre à leurs besoins. Or nous n’en avons qu’une: la nôtre.

Dans ce nouvel ouvrage riche de savoureuses anecdotes, Jean-Marie Pelt, en humaniste, et sans jamais sombrer dans le pessimisme ambiant, plaide pour la sauvegarde d’une biodiversité qui, par la palette des ressources qu’elle nous procure, est une véritable «assurance vie» pour l’humanité.

 

______________________________________________

 

[5]Dominique NORA

Les pionniers de l’or vert

Editions Grasset

 

Résumé du livre :

On doit à la Silicon Valley (Californie) la révolution des semi-conducteurs (années 70), celle de la micro-informatique et des biotechnologies (années 80), celle de l’Internet (années 90). Elle est aujourd’hui le laboratoire mondial de l’économie verte, où une poignée d’aventuriers est en train d’inventer notre avenir. Ils s’appellent Elon Musk, Shai Agassi, Saul Griffith, Bill Gross, Matt Golden… Ces noms ne vous disent rien, mais ce sont les futurs Bill Gates du green business. Véritables pionniers de la nouvelle frontière américaine, ils sont jeunes, millionnaires, brillants, et leurs projets – souvent utopiques à première vue -vont redessiner la carte économique et énergétique de la planète. Ils inventent la voiture électrique de deuxième génération, les panneaux solaires dont nos toits se couvriront bientôt, le carburant à base d’algues qui remplacera notre sans-plomb. Ils repensent la façon dont on produit, dont on travaille, dont on se déplace, se loge, se distrait, se nourrit ; nos relations aux autres, à la faune, à la flore. Attention, ces ” American écolos ” ne sont pas de doux rêveurs animés par le seul souci du bien-être des générations futures, mais de redoutables hommes d’affaires dont l’activité pèse déjà des centaines de millions de dollars. Ils nous invitent à passer de la société de surconsommation à l’éthique de la frugalité : bienvenue dans le monde de demain !

 

______________________________________________

 

[6]Jean-Baptiste de FOUCAULD

L’abondance frugale

Editions Odile Jacob

 

Résumé du livre :

Faute d’avoir corrigé à temps les déséquilibres que l’on sentait monter, nous voilà confrontés au défi de résoudre trois crises en même temps. Celle du chômage et de l’exclusion d’abord. La crise écologique ensuite. Les retombées de la crise financière enfin.

La solution est-elle dans la quête illusoire du « toujours plus » ? Sûrement pas. Mais elle ne viendra pas non plus du « toujours moins » de solidarité. Bien au contraire.

Les trois mots d’ordre de demain devront plutôt être : sobriété, justice et créativité. « Plus de sobriété pour plus de justice et plus de créativité pour plus de sens » : voilà les principes de l’« abondance frugale » qui, selon Jean-Baptiste de Foucauld, doit inspirer le nouveau pacte civique à inventer ensemble pour sortir de l’ornière.

Comment y parvenir ? Quel sens donner à la société que nous voulons pour demain ? C’est ce qu’explore ce livre, contribution profonde et radicale au débat politique qui doit désormais rebondir.


Article imprimé depuis : TerrEthique: http://terrethique.org

Url de l'article : http://terrethique.org/ouvrage/le-prix-terrethique-des-lecteurs-2011/

Copyright © 2011 TerrEthique. All rights reserved.